Le Signe du Fils de l'homme

Ouverture du livre sept fois scellé de l'Apocalypse



La Caravane : de Babylone à Jérusalem


Ceux qui ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre ont maintenant compris qu’entre le réchauffement planétaire et le conflit nucléaire qui s’annonce, le monde va finir dans les flammes. Est-ce à dire que nous sommes tous perdus ? Et si l’on pouvait migrer vers un autre monde… Pas vers une autre planète, il est trop tard pour sortir du piège, mais vers le monde de celui qui disait : Mon royaume n’est pas de ce monde [1] ?

Contrairement à une idée fausse très répandue, ce royaume n’est pas celui des morts, car Dieu n’est pas un Dieu de morts mais de vivants [2]. C’est donc de notre vivant que nous devons migrer, avant que le monde ne se transforme en brasier. Et sans attendre, tant il est difficile de trouver le Royaume et d’y entrer. À la question : « Seigneur, est-ce que les sauvés seront peu nombreux ? », Jésus répondit : « Luttez pour entrer par la porte étroite, parce que beaucoup, je vous le dis, chercheront à entrer et n’en seront pas capables » [3]. Or la situation est infiniment pire de nos jours [4]

Mais où se trouve le Royaume de Dieu ? La Bible fournit un MODÈLE IMAGÉ qui permet de situer le monde et le Royaume l’un par rapport à l’autre, et donc de se représenter le chemin qui mène du premier au second. Ce modèle – cette FIGURE – repose sur un événement historique : l’Exil, c’est-à-dire la déportation des Hébreux à Babylone au VIe siècle avant l’ère chrétienne. Quand Babylone tomba ensuite devant les Perses, des caravanes rapatrièrent les déportés jusqu’à Jérusalem. Celles-ci furent conduites à travers le désert par deux FIGURES importantes : le grand prêtre Jésus et le prince Zorobabel. Cette phrase de Paul permet de bien comprendre cette MÉTAPHORE historique biblique : Ces faits leur arrivaient FIGURATIVEMENT, et ils ont été écrits pour notre instruction, à nous qui sommes arrivés à la fin des temps [5].

Au chapitre 17 de l’Apocalypse, l’antique Babylone sert de modèle à la grande Babylone, la grande Prostituée, la Femme assise sur la Bête (i. e. sur la Bêtise). Ce transfert de sens désigne en fait la grande Cité qui a la royauté sur les rois de la terre, c’est-à-dire la Civilisation moderne, celle de l’apostasie prédite par Paul [6], celle qui s’enivre du sang des saints et des témoins de Jésus. Face à cette abomination, la Jérusalem nouvelle descend du Ciel, d’auprès de Dieu [7], mais les élus ne peuvent prendre la caravane qui y mène tant que la Prostituée les retient, c’est-à-dire tant que la Civilisation apostate exerce sur eux sa magie. Pour briser cet enchantement et libérer les élus, Dieu a donc mis au cœur d’une dizaine de chefs de ce monde de détruire par le feu la Civilisation qu’ils sont censés protéger ! Voilà pourquoi nos dirigeants font toujours l’inverse de ce qu’ils devraient faire, et pourquoi la fin du monde va survenir sans que personne puisse l’empêcher…

Mais comment ne pas perdre la vie lors de la fin du monde ? Comment se réfugier dans la Jérusalem nouvelle (i. e. le Royaume de Dieu) pour échapper à la chute mortelle de la grande Babylone (la Civilisation apostate moderne) ? Paul a donné la réponse : La chair et le sang ne peuvent hériter du Royaume de Dieu, ni la corruption hériter de l’incorruptibilité… Il faut que cet être corruptible revête l’incorruptibilité et que cet être mortel revête l’immortalité [8]. Comment y parvenir ? Pour revêtir l’immortalité, il faut juste s’en tenir à l’Écriture : hommes et femmes ont tous ont été créés à l’image de Dieu, à sa ressemblance [9]. Le problème n’est pas de recouvrer une immortalité que personne ne perdra, même dans la fournaise de feu [10], mais de recouvrer l’incorruptibilité de sa nature divine originelle, laquelle a été fallacieusement corrompue par une diablerie du Satan, le Père du mensonge [11]

“Fallacieusement” signifie : de manière trompeuse et illusoire. Bien que la nature divine originelle ne puisse être réellement corrompue par le Satan, il la corrompt fallacieusement en tenant aux hommes et aux femmes des discours mensongers qui placent leur pouvoir divin sous son contrôle – dans la mesure où ils y croient… En effet, TOUT EST POSSIBLE À CELUI QUI CROIT [12], non pas à celui qui croit “en Dieu”, mais qui croit… tout court ! En d’autres termes : Si quelqu’un dit à cette montagne : Soulève-toi et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute pas en son cœur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il l’aura [13]. Par conséquent, quand une personne croit aux mensonges du Satan, celui-ci utilise son pouvoir sans qu’elle s’en rende compte. Aussi, posons-nous maintenant ces questions : Tout ce que je crois, est-ce que je le tiens de Dieu… ou de mes premiers éducateurs, puis du système scolaire et des médias ? Est-ce que la science à laquelle je crois provient du livre qui contient la parole de Dieu… ou d’autres livres ?

C’est sur ce principe qu’a été bâtie la grande Babylone, la civilisation technologique moderne. Le Malin a poussé des petits malins à faire des inventions qui ont ensuite été présentées aux écoliers et aux téléspectateurs du JT comme étant des découvertes scientifiques (des lois de la “Nature” et des réalités cachées préexistant à la recherche). Le Père du mensonge a utilisé les pouvoirs divins des humains – des pouvoirs qu’il ne possède pas – pour élaborer un monde de miracles et de prodiges : le monde moderne ! Éblouis, hommes et femmes sont tombés dans le panneau et continuent de travailler d’arrache-pied à l’œuvre de leur maître… laquelle aujourd’hui s’écroule parce que basée sur le mensonge. Mais voilà comment Satan a transformé les dieux en esclaves, retournant leurs pouvoirs contre eux jusqu’à ce qu’ils tombent avec lui dans la géhenne, là où leur ver ne meurt pas et où le feu ne s’éteint pas [14] !

VOUS ÊTES DES DIEUX, disait Jésus, car la Loi a appelé “dieux” ceux à qui la parole de Dieu a été adressée [15] – ceux qui la gardent. À l’inverse, ceux qui s’en écartent se fient à des mensonges : ils abandonnent leur divinité originelle et deviennent esclaves du péché [16] = esclaves de leurs erreurs. La Vérité ne se trouve en effet que dans la parole de Dieu : tout le reste n’est qu’invention sans rapport avec la Réalité ; s’y fier revient à se mettre une poutre dans l’œil ou un sac sur la tête et, tôt ou tard, les aveugles tombent dans un trou [17] ! Voilà pourquoi Babylone-la-Grande est en chute libre [18], parce qu’elle a remplacé les lois de Dieu par les siennes. Et aujourd’hui, comme Isaïe l’avait prophétisé : La terre est polluée sous ses habitants, car ils ont transgressé les lois, contourné les préceptes, rompu l’alliance éternelle [19].

Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas, disait Jésus [20], signifiant ainsi que seule sa parole est réelle, pas le ciel et la terre ! Mais combien de personnes osent aujourd’hui soutenir que la parole de Jésus est réelle et que l’univers ne l’est pas ? Si vous le croyez, si vous croyez que la réalité appartient au Christ [21], vous faites alors partie de la caravane de Zorobabel, la dernière caravane du Retour. Aux jours de Noé, huit personnes furent sauvées de la Colère ; aux jours de Lot, trois seulement. Mais quand surviendra cette apocalypse dont tout le monde parle, sur plus de sept milliards de personnes, est-ce que les sauvés seront toujours aussi peu nombreux [22] ?

notes

  1.  Jean 18, 36.
  2.  Matthieu 22, 32.
  3.  Luc 13, 23-24.
  4.  Voir Matthieu 12, 43-45.
  5.  1 Corinthiens 10, 11.
  6.  Voir 2 Thessaloniciens 2, 3.
  7.  Apocalypse 21, 2.
  8.  1 Corinthiens 15, 50 & 53.
  9.  Genèse 1, 26-27.
  10.  Matthieu 13, 50.
  11.  Jean 8, 44.
  12.  Marc 9, 23.
  13.  Marc 11, 23.
  14.  Marc 9, 47-48.
  15.  Jean 10, 34.
  16.  Jean 8, 34.
  17.  Luc 6, 39.
  18.  Apocalypse 18.
  19.  Isaïe 24, 5.
  20.  En Marc 13, 31.
  21.  Colossiens 2, 17.
  22.  Cf. Luc 13, 23-24.

◁◁◁   LISTE   ►►►